Le Conseil du Coordinateur national

Statut cadre

       

La tâche et la position du Coordinateur national sont décrites dans l'Instruction "De pastorali migratorum cura"; elles sont précisées dans les dispositions de la Conférence des Evêques suisses "Directives précisant la responsabilité du Coordinateur national" pour le territoire des diocèses suisses.

Dans les "Directives précisant la responsabilité du Coordinateur national" (Applications pratiques", N° 3) on lit: "Le Coordinateur national est aidé par un Conseil du Coordinateur national dont les membres représentent les aumôniers, leurs collaborateurs et collaboratrices, et qui sont choisis par eux."

Conditions pour la création
 du Conseil du Coordinateur national:

° Le nombre d'aumôniers, de collaborateurs et collaboratrices pastoraux du groupe linquistique concerné détermine le nombre de membres du Conseil du Coordinateur national.

° L'organisation des Missions en zones pastorales permet une représentation adéquate de tous les aumôniers, collaborateurs et collaboratrices pastoraux dans le Conseil du Coordinateur national.

° Il faut régler en particulier la représentation selon les régions linguistiques du territoire de la Conférence des évêques suisses.

° L'élection du représentant de la zone pastorale se fait par les aumôniers et les collaborateurs et collaboratrices pastoraux engagés à plein ou au moins à mi-temps dans les Missions de la zone pastorale et qui sont en possession de la "missio canonica".

° L'élection a lieu lors d'une réunion des agents pastoraux de la zone pastorale. Elle se fait simultanément dans toutes les zones pastorales.

° Peut être élu chaque aumônier, collaborateur ou collaboratrice en possession de la "missio canonica" engagé à plein ou au moins à mi-temps au service pastoral d'une Mission.

° Avec son élection, l'élu (homme ou femme) accepte la charge de délégué(e) de zone. Il (elle) organise et préside les réunions des aumôniers et collaborateurs et collaboratrices pastoraux dans les Missions de la zone concernée.

° Il (elle) est chargé(e) de veiller à ce que les décisions prises lors des séances soient appliquées.

° Il (elle) favorise en particulier la collaboration parmi les aumôniers, les collaborateurs et collaboratrices pastoraux avec les agents pastoraux des Églises locales, ainsi qu'avec les religieuses ou laïcs travaillant dans les zones sans être engagés directement dans la pastorale.

° La durée du mandat du (de la) délégué(e) de la zone est de cinq ans pendant lesquels il (elle) représente également la zone dans le Conseil du Coordinateur national. Il n'est pas nécessaire que la durée du mandat soit identique à celle du mandat du Coordinateur national. Une réélection est possible à l'échéance du mandat.

° Le Conseil du Coordinateur national est l'organe de consultation du Coordinateur national. Le Coordinateur national convoque les séances et les préside; il est chargé de veiller à la concrétisation des décisions du Conseil.

° Le Conseil se constitue lui-même et élit un(e) secrétaire responsable de la rédaction du procès-verbal des séances. D'autres tâches peuvent être confiées à d'autres membres selon la décision du Conseil (p. ex. constitution de groupes d'études ou de travail pour des thèmes ou tâches déterminés).

° Le Conseil est composé des délégués de zone élus; selon la nécessité, il est autorisé à faire appel à d'autres membres pour participer au Conseil (p. ex. représentant des religieuses, des laïcs etc.), leur nombre ne devant cependant pas dépasser celui des délégués élus. Les membres auxquels il est fait appel ont une fonction consultative au sein du Conseil.

° Le directeur national pour la pastorale des fidèles de langue étrangère de la Conférence des évêques suisses prend d'office part aux séances du Conseil.

Les compétences du Conseil sont:

° La préparation des requêtes adressées à la Conférence des évêques ou aux évêques diocésains, en particulier en ce qui concerne la planification pastorale ou personnelle des Missions concernées.

° La préparation et l'organisation d'événements nationaux des Missions concernées (p. ex. pèlerinages, journées annuelles), de thèmes annuels en tenant compte des décisions de la Conférence des évêques ou des évêques diocésains.

° La mise sur pied de cours pour la formation théologique, spirituelle, religieuse continue des prêtres.

° L'organisation de sessions de formation pour les collaborateurs et collaboratrices pastoraux ainsi que pour les religieuses et les laïcs.

° L’encouragement du travail d'information des Missions, en particulier, par l’échange d'expériences et d'événements vécus dans les Missions et dans l'Église en Suisse ou dans le pays d'origine.

Les décisions du Conseil:

° qui concernent les compétences de personnes ou postes supérieurs (évêques, évêchés, Églises cantonales, etc.) doivent leur être adressées sous forme de requêtes;

° qui concernent les affaires internes des Missions en question, pour lesquelles le Conseil du Coordinateur national est compétent, doivent être exécutées dans le cadre de sa propre compétence après information du Délégué épiscopal pour la migration;

° qui sont adressées comme suggestions aux Missions ou paroisses doivent être envoyées comme recommandations aux destinataires.

En ce qui concerne les dépenses financières du Conseil (remboursement des frais de voyage et de restaurant des membres du Conseil, organisation de manifestations, etc.), un budget détaillé doit être soumis à migratio; les frais seront remboursés dans le cadre du budget du Coordinateur national concerné.

Remarques finales:

° Le statut cadre n’entend pas régler tous les détails; la situation de chaque Mission est différente en ce qui concerne la structure, la manière de travailler, la mentalité, l'extension de la région pastorale, etc. Le statut cadre ne sert donc que de base à une réglementation plus détaillée de la position des Conseils des Coordinateurs nationaux par des statuts propres, dans la mesure où cela s'avère nécessaire.

° Le Conseil du Coordinateur et les Conseils de zone visent une meilleure coordination des tâches, une collaboration plus étroite entre les Missions et l'accomplissement plus aisé de l'activité pastorale à l'intérieur de l'Église en Suisse.

 

Ce statut cadre a été approuvé par la Commission pastorale de migratio le 22 juin 2007.

La Conférence des évêques suisses l'a approuvé et mis en vigueur lors de sa séance du 3 au 5 décembre 2007.

 

Lucerne, le 6 décembre 2007