Contact

Pfr. A. Dalima Christopar
Aemtlerstrasse 43
8003 Zürich

        

Tel      044 461 56 43
Fax     044 454 81 10
Natel   079 648 00 09
Email   cadalima@gmail.com

Tamoul

Il y a 1 prêtre pour les fidèles de langue tamoule en Suisse.

La vie communautaire est intense et des Tamouls non catholiques y prennent aussi part. Ce qui est frappant, c'est le lien étroit avec les lieux de pèlerinages marials (Einsiedeln, Mariastein) qui sont devenus des lieux de rassemblement pour les Tamouls.

  

Informations de base pour la communauté de langue tamoule et situation dans le pays d'origine

       

Développement de l'immigration
en Suisse

Chiffres du pays d'origine
 (Tamouls – Wikipédia état 2011)

          •   Habitants                                            65.3 mio

          •   Cath.-rom.                                           6.1%

          •   PIB par habitant                                    pas d'informations

          •   Taux de chômage                                  pas d'informations

           

Histoire de la Mission et de la migration

Un grand mouvement migratoire tamoule part depuis les années 80 du Sri Lanka car beaucoup de Tamouls cherchent à fuir la guerre civile. La plupart s'enfuyaient vers l'Australie, l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie du Sud-Est. On trouve aujourd'hui les plus grandes communautés en dehors de l'Asie du Sud-Est à Durban, Toronto, Londres, Paris ainsi  qu'en Suisse.

Etant donné l'immigration incessante, l'évêque auxiliaire d'alors, Mgr Amédée Grab, a fondé le 21.10.1995  la communauté catholique tamoule. Avant la fondation de cette Mission, les Tamouls catholiques en Suisse étaient pris en charge depuis Osnabrück en Allemagne par le prêtre Francis Jeya Segaram. Le premier missionnaire engagé pour les Tamouls en Suisse était, à partir de 1995, le curé Victor Avithappar Saviry. Il était suivi par les curés Soyai Joyce Peppi et Motham Paul, chacun ayant un mandat pour cinq ans. La perspective d'un meilleur avenir professionnel conduit un grand nombre de jeunes travailleurs tamouls de l'Inde et du Sri Lanka à émigrer en Suisse ce qui explique l'augmentation constante des immigrés. 

            

Tâches pastorales régulières et situation

Le poste pastoral de langue tamoule englobe toute la Suisse. A 13 lieux on célèbre régulièrement l'Eucharistie. Aux  endroits les plus importants mais surtout là où on célèbre l'Eucharistie, un groupe catholique tamoul est formé. Les déléguées des différents groupes locaux forment un comité central national qui compte 25 membres et qui se réunit quatre fois par an. Il y a en outre à différents endroits des chœurs qui animent les célébrations liturgiques et des groupes de servants de messe. Des catéchistes bénévoles donnent le catéchisme aux endroits les plus importants. S'il n'y a pas de célébration eucharistique en langue tamoule dans la région, les fidèles fréquentent en général la paroisse locale. Une fois par mois le missionnaire publie le journal de la Mission.

Des moments forts sont les différentes fêtes mariales et les pèlerinages à Mariastein et à Einsiedeln, auxquels participent aussi des Hindous. Les fêtes de la Madonne Noire, Notre-Dame d'Annaivelankanni, Notre-Dame de Madhu, St Antoine et la Fête de l'Enfant Jésus sont particulièrement aimées.

Le missionnaire a toujours à cœur de visiter les familles, de s'occuper des jeunes et d'entrer en dialogue avec les fidèles après les célébrations eucharistiques. Il visite aussi les malades et les personnes âgées. Un accent particulier est mis sur la formation permanente des fidèles par des conférences et la récollection organisée avant chaque grande fête religieuse.